Archive pour avril 2011

La simplicité… !

Le printemps est là ! À Québec les immenses bancs de neige perdent de l’altitude depuis 2 semaines. Ma fille Charlotte me demande même à tous les matins : ‘‘Maman quand les fleurs vont-elles pousser ?’’ Je résiste à l’envie folle de passer chercher un gros bouquet de magnifiques tulipes colorées pour lui faire croire un matin qu’elles ont soudainement poussées pendant la nuit et forcé leur chemin à travers la neige.   

Vous avez vous aussi l’envie de surprendre et  d’ajouter une touche de printemps à vos prochains événements ?  Vous avez peu de budget et en plus vous n’avez pas le pouce vert ?  Je vous suggère quelques  idées toutes simples avec des fleurs coupées.

 La recette est simple : achetez vos fleurs à l’unité, prévoyez un bon sécateur pour couper la tige,  ajoutez un peu d’eau froide et le tour est joué.  Vous pouvez même ajouter quelques pétales de roses à la base sur un carré de miroir.

 Certaines fleurs comme les gerberas et les fujis (aussi appelés MUM) peuvent durer de 4 à 5 jours si vous changez l’eau régulièrement. Comme une image vaut mille mots, voici quelques concepts.

Laissez aller votre créativité et n’oubliez pas que la beauté des choses se retrouvent bien souvent dans les choses toutes simples de la vie… ou des fleurs !

Joyeuses Pâques  !

Véronique Hébert

(voir photos sur lien)

http://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=10150620020775451&id=852975450&ref=notif&notif_t=feed_comment#!/note.php?note_id=10150171291287618

Les accessoires de tables : les petits détails qui font la différence – avril

Les anneaux à serviette : items très prisés

Très populaire et si facile aussi à subtiliser lors d’un événement ! Assurez-vous bien d’indiquer à vos convives que ces précieux objets sont en location car vous risquez d’avoir à en payer le coût de remplacement si vos invités les collectionnent. Un conseil très pratique : demandez aux serveurs de les ramasser discrètement une fois que les invités ont pris place et déposé leur serviette de table sur leurs genoux. Suite (PDF) »